Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 4
Fiche de présentation : www
Journal de bord : www
Collections : www
Hiboux : www
Voir le profil de l'utilisateur

Aiden D. Crowe

le Lun 30 Avr - 21:10


Aiden Daniel Crowe

Carte d'identité

Prénom : Aiden, Daniel
Nom : Crowe
Age et date de naissance : 34, 28 août 1983
Lieu de naissance : Fargo, Dakota du Nord
Sang : Mêlé ; grand-mère maternelle non-maj.

Activité : Squatteur. Restaurateur d'arts magiques. Aiden s'occupait généralement des tableaux abîmés par les sortilèges et les potions mal réalisés (merci les élèves de première année), mais est, depuis le renforcement des règles d'Ilvermorny et de la loi rappaport, presque au chômage technique.

Maison : Pukwudgie.

Amortentia : Cigarette à la menthe, jasmin et cognac.

Baguette : 28 centimètres, aulne, crin de licorne. Raisonnablement flexible et sifflante. Aiden a la même baguette depuis ses onze ans.

Matière et notes aux examens/matière :
B.U.S.E & A.S.P.I.C
Potions - A ; -
Transmutation - O ; O
Enchantements - E ; O
Défense contre les forces du mal - E ; O
Botanique - P ; -
Soins aux créatures magiques - A ; E
Vol sur balais - T ; D
Histoire de la magie - E ; O
Astrologie - E ; O

G.N.O.M.E.S
Sciences Occultes - E
Magie offensive et défensive - O



Patronus et épouventard

A dix-sept ans, Aiden a vu son nuage argenté prendre son envol, formant... Une roussette.  Une énorme roussette –il n'était pas difficile de voir qu'il s'agissait d'un renard volant des Philippines. Créature nocturne, rarement agressive et ce, malgré sa taille imposante, Aiden a longtemps lié cet animal à ses insomnies, tandis que ses parents l'ont lié à sa nature paisible. La manifestation de son Patronus vient, en réalité, de son lien avec son meilleur ami devenu mari, avec qui il faisait régulièrement le mur. En tout cas, Aiden a rapidement appris à apprécier son Patronus, aussi étrange soit-il, et adore le faire apparaître.

Concernant son épouvantard, il prend la forme de... Ses anciens collègues Aurors. Bien qu'il ait quitté son poste depuis quelques années, Aiden est particulièrement effrayé d'être forcé à réintégrer leurs rangs. Egalement conscient que les activités des Aurors entrent en conflit direct avec ses convictions politiques et celles de son mari, l'épouvantard peut parfois changer légèrement, et prendre la forme d'Aurors emmenant de force son bien-aimé.




Physique et psychique

Aiden. Affalé sur la chaise de ton bureau désordonné, tu regardes par la fenêtre d’un air songeur. Il est encore tôt dans l’après-midi, mais tu remarques que des oiseaux migrent déjà. Quand tu n’arrives pas à discerner leur espèce, tu fronces des sourcils et prétends être captivé par les nuages. Tu n’aimes pas avoir tort. Tu n’aimes pas être ignorant. Mais tu n’as pas la motivation de faire des recherches.

Une cigarette mentholée, que tu m’as volée, trouve sa place auprès de tes lèvres. Ton cendrier est plein. Le couloir sent le tabac froid. Derrière la porte, les élèves ricanent ou toussent lorsqu’ils passent. Tu les entends se plaindre, dire qu’ils doivent s’entraîner au sortilège Têtenbulle. Ils n’ont pas besoin de demander pour savoir que tu es là. Les odeurs de lavande et de cigarette te suivent.

Tes yeux bleus menacent de se fermer, fatigués, et beaucoup –élèves comme collègues— se demandent comment tu peux avoir une si mauvaise mine avec le peu de travail que tu as. Tu soupires, retires tes lunettes à l’aveuglette. Ta myopie est terrible. Le monde est soudainement flou et ne fait plus sens.

A côté de toi, l’occupante d’un tableau abandonné, aux coins noircis par les flammes, te somme de travailler. Et toi, Aiden, je sais que tu le souhaites. Tu souhaiterais travailler tranquillement, efficacement. Mais l’insomnie est là, torture tes nuits, creuse tes joues, ronge ton énergie. Tu es pâle, Aiden, et tes cheveux d’encre ne font qu’accentuer ton teint grisâtre.

« Je sors, » tu murmures à personne. Tu parles beaucoup à toi-même.

Tes lèvres sont sèches. Tu oublies toujours de boire si je ne te le rappelle pas. Tu oublies facilement les choses si tu ne fais pas attention. Tu es irrécupérable.

L’air frais te fait du bien. Tu n’apprécies pas toujours l’extérieur, Aiden, mais lorsque tu es seul, tu en profites. Tu aimes t’asseoir au milieu de nulle part, d’avoir ton espace. Ton espace que tu ne sacrifies qu’uniquement pour quelques rares personnes. Moi. Ta famille. Ta voisine du dessus. Uniquement lorsqu’elle apporte ses pâtisseries.

Tu n’as pas changé. Tu as toujours ce point faible pour les choses sucrées. Mais de toutes manières, tu ne grossis pas. Ou peu. Tu ne vérifies pas souvent. Tu préfères observer ta silhouette et non les chiffres de ta balance ; cette machine non-maj que tu utilises parfois avec un petit sourire amusé. Tu apprécies les produits non-maj. Tu es curieux du monde qui t’entoure, et tu aimes découvrir ces petits gadgets que ta grand-mère utilisait.

Tu sais que ton poids a diminué : ton pantalon glisse légèrement au moindre mouvement. Tu soupires. Tu tires sur ta ceinture, en vain. Tu es près à commenter, exaspéré par cette perte de poids, mais un bruit attire ton attention.

Et soudain, tu te métamorphoses. Tu as toujours ces cernes, tu as toujours cette barbe de trois jours, et ton costume est toujours trop large, mais tes yeux sont vifs, tes gestes rapides, et terré dans ton bureau,  il est facile d'oublier que tu es aussi grand.

La baguette à la main et le regard attentif, tu analyses la situation. Tes yeux ne quittent pas la source du bruit –quelque chose haut, haut dans les arbres. Je ne savais pas que ça venait de là.

Il ne fait aucun doute que tu étais Auror, Aiden. Lorsque je t’observe, je vois que tes reflexes ne sont pas perdus. Je ne sais pas s’ils se perdent, vraiment, un jour, ou si c'est un entraînement si intensif qu'il sera toujours quelque part dans ton cerveau, dans tes muscles.

Tes lèvres sont pincées et ta mâchoire serrée par le doute, mais ce n’est pas comme si tu avais besoin de prononcer quoi que ce soit pour conjurer un sortilège.

Et puis le danger passe.

Bien que je te taquine souvent, à te dire que tu n’as plus toute ta tête, je sais à quel point c’est loin de la vérité. Tu étais un très bon inspecteur et un excellent Auror. Tu lies les éléments facilement entre eux. Tes capacités d’analyse sont hors normes.

« Un écureuil, » tu constates dans ta barbe, en levant les yeux au ciel.

Et puis tu perds ce côté presque effrayant d’Auror. Ton visage, tes yeux ; ils s’adoucissent. Ta baguette disparaît dans ta poche. Tu passes une main dans tes cheveux, une habitude que tu as lorsque tu es confus. Quelque chose te tracasse. Je ne saurais dire quoi. Tu es difficile à lire, Aiden, et je pense que je ne saurai jamais te comprendre entièrement.

Tu fais volte-face, et te dirige vers ton bureau.

L’air frais toujours dans tes poumons, tu t’armes d’un pinceau et retournes au travail.

Tu travailles méticuleusement. Tes gestes sont précis, sûrs, mais un peu lent. C’est un travail d’orfèvre que tu nous offres. Tes mains se tordent et se plient. Parfois, lorsque tes courtes nuits te rattrapent, le pinceau dérape et ajoute des touches de rouge, de jaune ou de bleu sur tes doigts déjà encrés de noir.

Tu soupires. La dame du tableau brûlé te fusille du regard.

Tu hausses les épaules et recule d’un pas. Tu observes la photo de notre mariage que tu tentes de ranimer, abîmée par les années exposées au soleil. C'est une image non-maj. Dessus, nous sourions tous les deux, figés dans un bonheur absolu.

Cette simplicité te manque, Aiden, je le sais. Quitter ton emploi était difficile. Te séparer de ta grand-mère, qui t’as tant donné, l’était aussi. Et ce monde, ce monde dont tu ne trouves plus ta place, t’effraie.

Mais je sais que ce dont tu as le plus peur, c’est de me voir partir, de me voir emmené par tes anciens collègues. Tu as peur que mon implication au sein de la branche révolutionnaire du MLS puisse causer mon emprisonnement. Pire, tu penses que tes idées, parfois proches d’Andrea Smith, puissent avoir des répercussions sur moi.

Ne t’inquiète pas, Aiden. Je me tiens prêt comme toi tu l'es. Et ensemble, je sais que nous braverons le monde entier.





Histoire


UN.

La fin de l’été pèse lourdement sur la ville de Fargo, dans le Dakota du Nord. Les derniers vestiges du soleil luttent vaillamment contre un sombre nuage, avant qu’un éclair ne leur assène le coup final.

La nuit s’installe rapidement et Aiden Daniel Crowe, tout juste quatre ans, hurle à plein poumon et pleure, vigoureux et entêté. Personne ne l’entend. L’orage tonne bruyamment, si bruyamment que le monde devient sourd autour de lui. Seule sa grand-mère, Elen, lui adresse un regard, mi-amusée, mi-exaspérée.

Elle sait qu’Aiden n’est pas effrayé par l’orage, mais qu’il prétend l’être. Il souhaite une sucrerie. Une autre sucrerie.

Elle lui tend un biscuit, hésite, puis lui en donne un deuxième. Elen a toujours eu un point faible pour Aiden, son unique petit-fils. Et elle pourrait lui donner le monde si c’est pour le voir sourire ainsi, ses yeux bleus écarquillés, jusqu’à la fin des temps.

« On n’a plus peur, hum ? » Elen commente, sourire aux lèvres.

Aiden cligne des yeux et déguerpit à toute vitesse.


DEUX.

Aiden vit et grandit avec sa grand-mère maternelle, non-maj. Cependant, malgré son statut, elle reste l’épouse d’un sorcier et la mère d’une sorcière ; et elle connait maintenant trop le monde magique pour restreindre la curiosité grandissante qu’Aiden a pour ses origines.

Mais Elen le pousse à découvrir et à se familiariser avec les produits non-maj, aussi. Elle l’autorise à se prélasser devant le téléviseur alors que les autres enfants de son âge en sont privés ; elle lui offre son premier Walkman. Elle lui apprend à faire du vélo sans une once de magie, et même aujourd’hui, Aiden se souvient de ses chutes et de sa dent cassée.

Aiden a alors presque dix ans. Sa dent cassée, une dent de lait, tombe. Elen trouve que le temps passe bien trop vite.

Elle est rapidement tirée hors de ses pensées quand Dana Crowe, née McRory, apparaît dans le salon.

Elle porte les marques d’une femme prisonnière d’un travail épuisant, mais sa tenue est impeccable. Elle sourit, faiblement, puis s’écroule sur le siège le plus proche, un bras sur le front la protégeant dramatiquement de la lampe du plafond. Elle grogne une salutation et un remerciement lorsqu’Elen lui tend un verre d’eau.

« Alors chérie, aujourd’hui ? » Elen demande, un peu inquiète.

Dana hausse des épaules. Ses yeux bleus, aussi bleus que ceux d’Aiden, contrastent avec ses cernes.

« Hum, fatiguant, » décrit-elle.

Un euphémisme. Il n’est pas évident de travailler au sein du MACUSA, surtout en relations internationales, mais elle se débrouille comme elle le peut. Elle soupire une nouvelle fois, pense au Portoloin posé sur l’étagère, au travail du lendemain.

Une gorgée d’eau, puis elle ajoute, avec un petit rire épuisé, « les britanniques sont... Compliqués. »

Tenue par le secret professionnel, Dana ne peut entrer dans les détails. Elle n’est même pas sûre qu’elle puisse partager son monde magique avec sa mère et espérer que celle-ci comprenne. Son visage se ferme un instant, avant qu’elle ne demande, « Où est Aiden ? »

Elen ne commente pas l’évidente tentative de changer de sujet mais sourit, lui indique par un mouvement de tête le bureau, à l’étage. Sa fille disparait aussitôt pour trouver Aiden.

Dana Crowe, aussi occupée soit-elle, adore son fils. Elle avance doucement, écoute pour ne pas le déranger. Aiden ne prononce pas un mot, mais Dana peut entendre le griffonnement d’un crayon et le bruissement de pages qui se tournent. Intriguée, elle ouvre la porte, et retrouve Aiden caché derrière le fauteuil imposant du bureau, un livre bien trop compliqué pour lui dans les mains. A côté, une liste de mots, sûrement ceux que le garçon n’a pas pu comprendre. Dana rit.

« Aiden... Tu pourras lire autant que tu veux à Ilvermory. Pour l’instant, on va voir mamie, hum ? »

Aiden veut protester. Il se lève en fronçant des sourcils, avant que sa mère n’ébouriffe ses cheveux ; et les mots s’éteignent dans sa gorge. Il la suit sans dire un mot, et se retrouve soudainement face à son père. Sa mère ne semble pas s’en formaliser –ils rentrent souvent à la même heure, parfois ensemble.

Grand, blond, Garett Crowe ne ressemble pas à son fils. Sa voix est grave, et ses yeux verts perçants. Il y a quelque chose d’impressionnant avec lui, et Aiden fixe immédiatement ses pieds.

Pourtant, Garett n’est pas un homme froid. Juge de profession, il recherche la chaleur de ses proches lorsqu’il quitte son emploi ; son emploi qui demande impartialité et détachement hors norme. Il ébouriffe également les cheveux d’Aiden, un sourire affectueux sur ses lèvres. Dana pouffe de rire, déposant un baiser sur la joue de son mari.

« Ilvermory... » murmure-t-il d’un air songeur. « Thunderbird ? Ou...
- Tais-toi, Garett, bien-sûr qu’il sera à Wampus– »

Alors que Dana et Garett se livrent à leur chamaillerie, Aiden observe sa grand-mère. Elle semble heureuse, mais quelque chose s’éteint dans son regard. Elle se perd dans ses pensées, et Aiden est le premier à remarquer qu’elle pleure.

Du haut de ses dix ans, il saisit sa main et bombe le torse.

« T’inquiète pas, mamie. Je serai toujours là, hein ! »

Sa grand-mère chasse ses larmes d’un revers de main.

« Je sais, » répond-elle. « Je sais ».

Il y a quelque chose de défaitiste dans ses paroles, que Aiden ne peut saisir.

Derrière eux, Dana et Garett se sont tus.


TROIS.

Dana semble rongée par le poids de son travail, encore plus qu’avant. Aiden l’entend parler de mages noirs, de mauvais augures et d’un homme dont il ne faut prononcer le nom. Le soir, lorsqu’elle rentre, elle se terre immédiatement dans le bureau. Aiden l’entend faire les cent-pas. Lorsqu’il rentre, son père a les lèvres pincées. Il ne cherche plus à retirer son masque de juge.

Elen semble perdue. Aiden est trop jeune pour reconnaître sa frustration. Il pose sa tête contre son épaule. Sa grand-mère soupire.

« J’aimerai que ce soit... »

Elle n’arrive pas à trouver ses mots et Aiden ne l’aide pas à compléter sa phrase.

Elle cherchait « normal », sûrement.


QUATRE.


Ilvermory est un immense labyrinthe, surtout pour un garçon qui n’a jamais vraiment appris à apprécier l’extérieur.

Aiden, onze ans, regarde d’un ait béat les escaliers, puis l’annexe de sa maison : Pukwudgie. Pas comme sa mère, une Wampus, ni son père, un Thunderbird. C’est étrange sans l’être. Aiden n’a jamais eu l’impression d’avoir hérité de la personnalité flamboyante de ses parents.

Le garçon passe sa tête dans l’étroite ouverture de l’annexe. Il y sent le renfermé et les livres, et des cris stridents s’en échappent. Des chouettes ? Autre chose ? Il fronce ses sourcils, mord sa lèvre inférieure. Il n’ose pas y aller. Derrière, quelqu’un pose une main chaleureuse sur son épaule.

Aiden pousse un petit cri et s’étale sur le plancher délabré. Il fait tomber sa baguette et ses lunettes, et le monde est soudainement trop flou, et le couloir soudainement trop noir pour qu’il y retrouve ses affaires.

La main sur son épaule ne le touche plus, mais apparaît timidement dans son champ de vision restreint avec des lunettes familières.

« Désolé, » murmure timidement la personne, avant d’ajouter, « tu veux que je t’accompagne ? ».

Aiden s’empresse de remettre ses lunettes et découvre un garçon d’à peu près son âge. Première année aussi, peut-être. Ou deuxième ? Le garçon ne porte pas son uniforme, mais s’il est là, Aiden suppose qu’il s’agit d’un de ses compagnons de maison. Il acquiesce timidement.

« Moi c’est Gabriel. Gabriel Powell. Et toi ?
- Aiden. Aiden Crowe.»

Gabriel sourit de toutes ses dents, ou presque. Une de ses dents d’adulte n’est pas encore sortie, laissant un trou où son incisive devrait être. Ses yeux, caramel, observent Aiden jouer nerveusement avec son porte-clé non-maj.

« Je connais pas ça, » Gabriel confie soudainement. « Je... Je suis d’une famille où je peux pas m’approcher de ça. »

Aiden cligne des yeux, et réalise que les autres enfants sorciers n’ont pas la chance d’être aussi exposé aux gadgets non-maj que lui. Il sait que son grand-père a jouit d’une autorisation spéciale du MACUSA pour marier sa grand-mère –travailler au ministère aide beaucoup.

Le garçon penche sa tête d’un côté, contemple l’idée de ne pas répondre. Finalement, il détache son porte-clé, jaune criard et circulaire, et l’agite devant le nez de Gabriel.

« C’est... Une décoration. Un porte-clé. Ça fait rien, sinon. »

Gabriel fixe intensément le porte-clé. Aiden soupire et le dépose délicatement dans sa main.

« Tiens, tu peux toucher si tu veux. »

L’autre garçon devient silencieux et examine le jouet sous toutes les coutures. Aiden le laisse faire alors qu’ils avancent dans le couleur. Très vite, une porte imposante se présente devant eux, et une odeur plus agréable se fait sentir. Des encens, Aiden présume.

« Je te laisse là, » Gabriel annonce soudainement. Voyant l’air perplexe d’Aiden, il se met à rire. « Je suis de Thunderbird, en fait, mais t’avais l’air perdu et... »

Aiden fronce des sourcils. Son expression reste inchangée lorsque Gabriel lui rend son porte-clé, toujours hilare, et lui lance un joyeux, « On se voit demain ! ».

Puis, comme un réel oiseau tonnerre, Gabriel déguerpit à toute vitesse, ses pas bruyants dans le silence du couloir.


CINQ.

Sa mère lui envoie un hibou. L’écriture tremble un peu, et finit par, « Fais attention, Aiden. On t’aime ».

Aiden ne comprend pas. Il entend des rumeurs de mages noirs. Ils s’amplifient, encore et encore, et à la fin de l’année, il entend un élève de septième année chuchoter à son amie, « Un élève est mort à Poudlard, et on dit que c’est la faute d’Harry Potter. »

Aiden connait Harry Potter de nom. Il en a entendu parler lorsqu’il était plus jeune, et parfois lorsque sa mère discutait avec son père –prenant cette voix sérieuse et ce ton grave que Aiden a toujours détesté. Il est britannique, cet Harry Potter, donc Aiden ne s’en inquiète pas.


SIX.

Aiden se lie d’amitié avec Gabriel. Ils étudient assez régulièrement ensemble, partagent les mêmes passions. Gabriel semble juste un peu trop intéressé par les produits non-maj que par Aiden lui-même parfois, mais celui-ci cède et fait toujours quelques démonstrations, surtout lorsqu’ils sont tous deux allongés sur l’herbe fraîche du parc, près du bassin lunaire.

« On devrait pas rester dehors. »

Gabriel est, cette fois-ci, étrangement réservé. Plus recroquevillé sur l’herbe qu’assis, son visage est fermé, ses yeux fixent les reflets du lac. Aiden lui tapote gentiment le bras.

« Il va rien se passer, ici, » dit-il, fermement, autant pour rassurer son ami que pour se rassurer lui-même. « Ilvermory est bien protégé. »

Les professeurs et le personnel en général ne prononcent pas un seul mot près des élèves, mais Aiden et Gabriel, du haut de leurs treize ans, savent reconnaître une guerre quand il y en a une. Si Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le- Nom n’est pas physiquement là, son aura menaçant plane sur l’ensemble du monde magique.

« Mes parents sont... » Gabriel commence, puis hésite.

Aiden l’encourage avec un signe de la tête.  Gabriel soupire.

« Mes parents pensent que c’est une bonne chose... Ils pensent que les Non-maj ont besoin d’être... Guidés, » reprend-il. Il ajoute, rapidement, conscient que la famille d’Aiden compte des Non-maj, « Mais c’est pas mon cas ! »

Aiden le sait. Gabriel est curieux, ouvert d’esprit, tolérant. Au-delà des produits et gadgets non-maj, il souhaite connaître leurs utilisateurs, les admire même un peu, se demandant comment peuvent-ils faire certaines choses sans magie. Aiden mordille sa lèvre inférieure.

« Viens, on va voler. »

Gabriel fronce ses sourcils. « Mais tu sais pas voler. »

Ce qui est faux, Aiden dira, mais il n’est pas possible de mentir à Gabriel –son ami l’a vu à plusieurs reprises manquer de se ramasser, voler de travers, glisser de son balai.  Aiden grogne et lève les yeux au ciel.

« Et c’est pareil pour toi. »

Gabriel a la décence de ne pas tenter de mentir. Il rit, un peu, l’ombre de leur précédent sujet disparaissant peu à peu. « Pourquoi tu veux voler alors ? »

Aiden ouvre la bouche. La referme.

« On a les B.U.S.E à passer.
- C’est dans deux ans. »

Aiden ne sait plus quelle réponse fournir. Il aime exceller dans tout ce qu’il entreprend, mais a déjà abandonné l’idée de valider le vol sur balais. Proposer de voler est donc bien trop étrange de sa part, mais Gabriel ne relève pas. Il paraît presque soulagé de ne pas à parler de sa famille.

« J’ai une meilleure idée, » Gabriel propose soudainement, les yeux sur la lisière de la forêt sombre. « Tu veux essayer de voir la forêt sombre ce soir ?
- Mais c’est...
- Interdit, justement, je sais. C’est ça qui est bien ! »

Pour quelqu’un qui demandait à rentrer quelques instants auparavant, Gabriel semble bien enthousiaste à l’idée de visiter une forêt connue pour être maléfique ; hantée. Aiden reste silencieux un moment, puis acquiesce, incapable de refuser son ami.

Le soir même, effrayés et peu enclins à disparaître dans les tréfonds de la forêt sombre, ils décident finalement de rester près du bassin lunaire. Ils contemplent ensemble les reflets argentés de la surface, quand bien même la lune n’est pas visible.

La magie du moment se brise lorsque la voix familière d’un professeur tonne, derrière eux, « Qu’est-ce que vous faites là, vous deux ?! ».

Ils courent tous les deux, se mettent à rire une fois derrière l'arbre chanteur.

Bien-sûr, ils se font attraper. Bien-sûr, ils font perdre des points à leur maison respective. Mais Aiden pourrait donner tous les points des Pukwudgies pour entendre Gabriel rire ainsi.


SEPT.

Le temps passe, la guerre prend fin –Aiden pense avoir plus entendu Harry Potter dans sa vie que son propre prénom– et Aiden passe ses B.U.S.E. Il réussit la grande majorité des examens –plus particulièrement en Transmutation. Lorsqu’il reçoit ses résultats chez lui, sa première réaction est de contacter Gabriel via la poudre de cheminette pour partager ses résultats, un sourire aux lèvres. Le visage de Gabriel le fixe, affection évidente dans ses yeux malgré ses traits déformés par les flammes.

« Tout validé ? »

Aiden rit, « Sauf vol sur balais et botanique. Toi ? »

Gabriel lève les yeux.

« Pareil, » dit-til, « Mais il semblerait que je sauve l’honneur des Thunder’, puisqu’au moins, j’ai validé botanique et...
- Hum, vas-y, parle-moi d’honneur pendant que tu tombes encore de ton balai...
- Il y avait du vent, Crowe. »  

Ils continuent à se chamailler pendant un moment, Aiden partagé entre rire et exaspération. Assis en tailleur devant sa cheminée, il nourrit les flammes de temps en temps, et bientôt, le soleil chaleureux du début d’été frappe son dos, bas dans l’horizon.

« Bonne vacances, Gabe, » Aiden finit par murmurer, se rendant compte de l’heure. Il n’a pas envie de le quitter.

Le visage de Gabriel sourit, mais il y a quelque chose de timide dans ce sourire. Il est plus doux, plus affectueux, et il semble vouloir dire quelque chose d’important avant de se raviser. Il s’éclaircit la gorge avant de murmurer, « Bonne vacances, Crowe ».

Les flammes se meurent et plongent le salon dans l’obscurité. Derrière lui, sa grand-mère hausse un sourcil. Elle n’a pas l’air inquiète de voir son petit-fils discuter avec un visage verdâtre depuis des heures.

« Un ami ? »

Ses parents, juste à côté d’elle, hochent la tête à l’unisson.  Sa mère croise ses bras.

« Le petit-ami, plutôt. »

Aiden sent son visage s’empourprer. Il se lève, se tourne vers ses parents, ouvre sa bouche, la referme, puis cligne des yeux d’un air béat. Son père hausse ses épaules.

« Tu sais, on est pas très regardant sur qui tu décides de... »

Aiden s’enfuit du salon et se terre dans sa chambre.


HUIT.

« Auror. »

Gabriel a l’air perplexe, mais n’exprime pas son scepticisme par des mots, seulement un regard. Aiden soupire.

Ils sont tous les deux en septième année, à présent, et les A.S.P.I.C approchent bien trop rapidement à leur goût. Aiden, jusqu’à assez récemment, ne savait même pas qu’est-ce qu’il voulait faire. Bien qu’il se sente trop sorcier pour avoir un travail non-maj, il n’est pas contre l’idée de travailler avec eux. Mais celui signifiait voir encore moins ses parents et...

« Mes parents sont au ministère tous les deux, » Aiden explique, tordant ses mains, anxieux. « La paperasse, c’est pas trop mon domaine, mais en étant Auror, peut-être, je les croiserai plus souvent... On sera à côté, je veux dire, et... »

Le regard de Gabriel s’adoucit, mais sa voix reste dure. « Tu sais que tu vas devoir travailler plus que ça pour être Auror, hein ? Ils acceptent seulement les meilleurs, ceux qui ont au moins cinq E, et c’est même pas une garantie de...
-Tais-toi, Gabe, je sais... » Aiden soupire. Il s’assoit sur l’herbe du parc, et tire sur un pan de la robe de Gabriel, le forçant à faire de même. « T’es sûr tu veux être avocat ? »

Gabriel sourit, mais ne répond pas plus.


NEUF.

Gabriel donne des cours sur... Tous les domaines. Il aide Aiden pour les sorts d’enchantement, ramène plusieurs livres sur l’histoire de la magie. Pendant les vacances de Noël, Gabriel l’invite chez lui, ou plutôt, dans sa maison de vacances, perdue loin dans une réserve. Le ciel est assez clair pour étudier l’astronomie sans encombre.

Aiden pense à leurs années à faire le mur à Ilvermory, à se balader près du bassin lunaire. Finalement, ils ne se sont pas essayés une seule fois à visiter la forêt sombre –et c’est peut-être pour le mieux.

« Tu m’écoutes ? » Gabriel demande, légèrement irrité.

Aiden acquiesce, lui sourit. Gabriel détourne immédiatement ses yeux et continue d’observer le ciel, griffonnant de temps à autre quelque chose sur un parchemin.  

A la lueur des étoiles, ses joues sont rouges.


DIX.

Aiden est accepté en entrainement d’Auror. En parallèle, il valide toutes ses matières en A.S.P.I.C, hors vol sur balai (il avait accepté de passer cette matière pour faire plaisir à Gabriel, qui insistait trop sur les « courses-poursuites des non-majs, mais sur des balais » pour le refuser), et débute ses années de spécialisation.

« J’ai eu O en Défense Contre les Forces du Mal, » Aiden murmure, ses yeux sur son relevé de notes. « En Transmutation et Enchantement, pareil, et sinon Histoire de la Magie– »

Gabriel l’interrompt en lui saisissant le visage.

Ses lèvres sont étonnamment douces sur les siennes.

C’est étrange, et loin d’être désagréable.

« Je. Okay, » Aiden balbutie, pas sûr de trouver les mots.

Gabriel rougit.

« Désolé, je... Hum, c’est que je... En vrai... »

C’est au tour d’Aiden de l’embrasser.


ONZE.

Gabriel, parce qu’il est un génie, poursuit ses études en droit et devient un avocat digne de ce nom. Il s’occupe encore des petites d’infractions lorsqu’Aiden devient la nouvelle recrue des Aurors. Il a tout juste vingt-deux ans, et rencontre brièvement Andréa Smith au bureau. Il l’observe, copie un peu ses mouvements.

« Elle est... Impressionnante, » Aiden admet, un soir, à moitié affalé sur Gabriel.

Gabriel renifle dédaigneusement. « Attention, je pourrai être jaloux. »

Aiden rit, et dépose un baiser sur son front alors qu’il se relève péniblement.

« Pas besoin d’être jaloux, c’est pas elle que j’emmène au restaurant, » dit-il, amusé quand il remarque les yeux de Gabriel s’illuminer d’intérêt.

« Et c’est surtout pas elle que tu vas emmener Chez Jérôme... »

Chez Jérôme, le restaurant français du coin. Chez Jérôme, le restaurant le plus coûteux du quartier.

Aiden soupire, mais cède. Il saisit son manteau, drape celui de Gabriel sur le canapé, et l’embrasse avant qu’ils ne sortent.

L’homophobie est toujours assez forte dans le monde non-maj, et la communauté magique n’est pas aussi tolérante qu’elle souhaite le faire paraître. Le couple ne s’adonne qu’aux marques d’affection dans la sécurité de leur appartement, à New York, loin des regards des autres.

Mais dans cette ruelle quasi-déserte, Gabriel saisit brièvement sa main, la serre tendrement, avant de la lâcher. Aiden perd son sourire quand il entend un ricanement et un crachat.

Un groupe d’homme les observe d’un mauvais œil, et Aiden reconnait des baguettes dans leur main. A côté de lui, Gabriel serre ses dents. Tous deux ne sortent pas leur propre baguette. Trop de Non-maj autour, trop de lourdes conséquences. Aiden vient tout juste de rejoindre les Aurors, Gabriel est un avocat, tous deux sont trop liés au ministère et peuvent perdre leur travail et–

L’altercation qui suit est violent, injuste. Aiden ne sait pas quel sort il reçoit, mais son souffle lui manque, tandis que Gabriel hurle de rage quand l’un des assaillants lève sa baguette.

Leur salut vient d’un Non-maj, dont le hurlement est presque aussi fort que celui de Gabriel.

« Laisse les tranquille ! J’appelle la police !»

Le groupe de sorciers ne s’attendent visiblement pas à voir débarquer un Non-maj. Ils se regardent, conscient de ne pas pouvoir utiliser leur baguette –qui disparait aussitôt dans leur poche. Certains se moquent, mais le monde magique connait bien les policiers Non-maj, de quoi ils sont capables, et ils déguerpissent rapidement.

Aiden reprend son souffle. Sa lèvre est fendue, et il s’est mordu la joue lorsqu’il s’est pris un coup de poing. Gabriel pose une main tremblante sur son épaule.

« Merci, je... » Gabriel ne trouve pas ses mots, toujours un peu secoué. « Je ne savais pas quoi faire et... »

Le, ou plutôt les Non-majs hochent la tête.

« C’est normal, ils étaient à cinq sur vous et–... »

Aiden se lève. Ses côtes lui font mal. Il serre la main aux deux jeunes, une fille et un garçon, qui ont tous les deux autour de seize ans. Ces derniers froncent des sourcils.

« Pourquoi vous vous êtes pas défendus ? »

Aiden ne pouvait pas simplement répondre qu’en tant qu’Auror et avocat, ils ne pouvaient pas se permettre de se battre dans la rue. Il hausse simplement des sourcils.

« Ca n’en valait pas la peine, » murmure-t-il.

Il saisit la main de Gabriel, chaude et toujours un peu tremblante. Aiden est juste heureux qu’il ne soit pas blessé.


DOUZE.

Gabriel demande la main d’Aiden à son vingt-cinquième anniversaire. Les mois qui suivent sont chaotiques, partagés entre leur travail respectif et la préparation de leur mariage. Enfin –mariage est un bien grand mot, dans un monde qui n’accepte pas encore les relations telles que la leur, mais c’est plus un événement officieux qu’officiel.

« Donc, » Gabriel récapitule, les yeux sur la liste des invités, « On peut pas inviter ton grand-oncle ? C’est de la merde. On lui dit ça comment ? Ta sœur est invitée mais pas toi, désolé ? »

Aiden soupire. Tous deux adorent son grand-oncle, Harvey, mais leur mariage est un événement sorcier. Il ne peut pas juste inviter des non-maj, la seule exception étant sa grand-mère –et il a fallu demander une dérogation spéciale.

« Et ta famille, ils boudent toujours ? » Aiden demande à son tour.

Gabriel renifle dédaigneusement.

« Le jour où ils acceptent que je me mette, moi, Sang-pur et unique héritier Powell, avec non seulement un Sang-mêlé mais en plus de ça, un homme... Bref. C’est... délicat. »

Aiden baisse les yeux.

« Désolé, » murmure-t-il, jouant distraitement avec un bouton de manchette. En face de lui, Gabriel grogne et se lève, lui saisit le menton. Ses yeux déterminés plongent dans ceux de son fiancé.

« J’ai choisi d’être avec toi, Aiden, donc ne t’excuses jamais. »

Il recule, et se replonge dans la liste d’invités, ronchonnant contre les règles et les lois interdisant les non-maj d’assister à leur mariage. Depuis sa rencontre avec sa belle-famille et leur altercation où deux jeunes non-maj les ont sauvés, Gabriel est plus que jamais convaincu que la ségrégation n’est pas une solution.


TREIZE.

Aiden est rapidement promu, et n’est donc pas à sa première enquête lorsque le MACUSA lui confie une affaire importante : celle d’un mage noir qui s’en prend aux enfants non-maj. Particulièrement touché par cette affaire, Aiden passe jours et nuits au bureau, négligeant parfois son couple pour avancer l’enquête. Gabriel tente de se montrer compréhensif, mais le poids de leur travail respectif pèse lourdement sur leur couple. Aiden se montre distant, froid, et la majorité des nuits, il ne trouve plus le sommeil.

L’enquête prendra trois ans avant être résolu. Aiden, tremblant, trempé après une chasse à l’homme qui l’a emmené au fin fond du Canada, est presque tenté de lancer un Avada Kedavra sur le meurtrier. Ils sont seuls, face à face. Le meurtrier n’a plus sa baguette, et ne peut plus transplaner. C'est le moment parfait.

« Aiden, non ! »

Gabriel avait suivi Aiden, usant de son autorité d’avocat et de son lien avec Garett Crowe pour obtenir certaines informations de l’enquête. Derrière lui, une équipe d’Aurors apparaissent, saisissent le meurtrier avec précaution.

« Aiden, c’est fini, » Gabriel lui murmure, le prenant dans les bras. « C’est fini, Aiden, c’est fini... »

Mais parce que le monde est bien trop cruel, ce n’est pas fini.
Il est ordonné d’Oublietter les familles des victimes, tous des non-majs.


QUATORZE.

Aiden est une coquille vide. Ses rêves sont dorénavant que des cauchemars.

Un soir, frappé d’insomnie, il saisit la main de Gabriel après une bonne heure à contempler le plafond.

« C’est comme s’ils n’avaient jamais existé, » dit-il, sa voix se brisant à certaines syllabes.

Gabriel sait immédiatement à quoi Aiden fait référence. Il soupire, et cale sa tête sur l’épaule de son mari. Il reste silencieux, attend qu’Aiden ne s’ouvre à lui.

« Ces enfants, ils n’ont que nous pour se souvenir d’eux, et on est même pas leur famille, on les connait pas en dehors de leur statut de victime, personne ne sait ce qu’ils ont aimé, quels desserts ils adoraient, quels métiers ils voulaient faire, quels surnoms ils avaient et personne les ne leur rend visite à part nous deux et– »

Aiden se tait, se referme, et sanglote. A côté de lui, le visage de Gabriel s’endurcit et une détermination nouvelle brille dans ses yeux.

Le jour d’après, Aiden démissionne. Jenna, sa supérieure, lui adresse un regard plein de pitié qu’il prétend ne pas voir. Il évite ses parents, et se réfugie chez sa grand-mère pendant un temps. Mis à part Gabriel, il refuse toute autre visite.


QUINZE.

C’est pendant un matin printanier qu’Aiden, le nez dans son bol de céréales, annonce d’un ton nonchalant, « J’ai trouvé du travail. »

C’est quelque chose loin de son précédent métier d’Auror. Son nouveau métier est celui de restaurateur d’art à Ilvermory. Gabriel est convaincu qu’il fera du bon travail.

Aiden hausse les épaules. « J’espère, » dit-il, fouillant dans sa poche pour trouver une cigarette. Il a commencé à fumer, près d’un paquet par jour, beaucoup plus que Gabriel. Parfois, il en vient même à voler les cigarettes de son mari, pestant contre le côté mentholé mais souriant tout de même.

Gabriel est... Soulagé plus qu’heureux. Aiden semble récupérer petit à petit, et Gabriel suit son mari. Ils déménagent tous deux dans l’enceinte d’Ilvermory, occupent une chambre, vivent leur vie tranquillement. Gabriel reste avocat, mais vient le plus souvent en défense des sorciers ayant menacé la loi du secret magique par mégarde, ou par amour.

Le temps passe, Aiden semble aller mieux. Il s’attèle à son nouveau travail avec une motivation nouvelle, tandis que Gabriel se lie plus ou moins ouvertement au mouvement MLS. Aiden reste plus discret, mais approuve le choix politique de son mari.


SEIZE.

La loi du mariage pour tous américain passe en 2015. Aiden et Gabriel se marient officiellement en 2016, pendant une cérémonie non-maj, mais la joie est de courte durée. Quelques semaines après la cérémonie, où il a pu inviter non seulement sa grand-mère, mais cette fois-ci également son grand-oncle, Aiden reçoit un hibou du MACUSA, de la part de Jenna.

« Aiden,

La loi rappaport a été votée et est effective immédiatement.

Les Crowe ont toujours servi avec ferveur le MACUSA, que ce soit en tant qu’Aurors, en tant que juges, ou en tant que diplomates. Toi, Aiden, tu as été un excellent Auror.

Mais c’est pourquoi je ne peux pas absolument pas fermer les yeux cette fois-ci, Aiden. Ta famille représente la loi, dans un certain sens.

La loi requiert que ta grand-mère, Elen McRory, soit Oubliettée. Je ne peux pas empêcher cela. Cependant, nous te laissons la possibilité d’être celui qui administrera le sort. C’est tout ce que j’ai pu négocier, Aiden.

Tu as jusqu’au 1er septembre 2016. Tes parents ont également été notifié de la situation par hibou.

Embrasse Gabriel de ma part. Félicitations pour votre mariage.

Bien à toi,
Jenna Lounds. »

Aiden, vide, brûle la lettre en un mouvement de baguette. Il n’utilise pas un sortilège informulé, mais hurle le sort, prend plaisir à sentir sa baguette vibrer de magie lorsque le rayon de lumière flamboyant avale le bout de parchemin et le réduit en un tas de cendre.


DIX-SEPT.

Aiden tient la main de sa grand-mère fermement. Tous deux ont les larmes aux yeux.  

Puis, lentement, les yeux plein de chagrins de sa grand-mère se brouillent, puis sèchent, et quelques instants plus tard, la confusion se lit sur son visage.

« Qui êtes-vous ? » dit-elle, récupérant sa main d’un mouvement sec. « Que faites-vous chez moi ? »

Aiden ouvre la bouche, mais aucun son ne peut sortir. Il se met à pleurer, tremblant et maudissant le MACUSA et sa grand-mère –non, pas sa grand-mère, plus maintenant, c’est Elen McRory, à présent– le regarde, perplexe.

Des larmes coulent aussi de ses joues, mais elle ne sait pourquoi.

-

Lorsqu’il rentre chez lui, brisé, il se met immédiatement à écrire une lettre à Andréa Smith. Il ne la connait pas vraiment, l’a croisée brièvement pendant ses années en tant qu’Auror, mais il sait que plusieurs membres de sa famille sont des non-majs.

« Gabriel, » Aiden murmure, après avoir confié sa courte lettre à son hibou. « Ta famille... »

Gabriel ne peut le regarder dans les yeux.

« Oui, ma famille a voté pour cette loi. Mais je te le promets, je suis contre, et je serai toujours contre– »

Aiden le prend dans ses bras.

« Je sais, » dit-il, se sentant coupable d’avoir un instant douté de son mari. « Je sais, je suis désolé, je sais... »


DIX-HUIT.

Son mépris pour le mouvement sorcier atteint son sommet quand Aiden apprend qu’Andrea Smith est à présent la personne la plus recherchée du monde magique. Il sourit face à l’image mouvante de son ancienne collègue, compatissant avec elle. Peut-être, s’il était plus courageux, s’il n’avait rien à perdre, il aurait pu être la personne sur cette une de journal.

Deux jours après, Gabriel se fait arrêter, ses positions politiques étant connus de tous. Il est relaché, grâce à sa famille qui en profite pour le supplie de revenir, mais il refuse, clamant haut et fort et devant une myriade de journaliste qu’il préférerait croupir en prison que de céder à cette loi cruelle et injuste.

Aiden, non loin de lui lorsqu’il se lance dans un discours passionné contre la loi rappaport, lève un poing au ciel et crie, couvrant les murmures scandalisés de la famille Powell, « Et c’est mon mari ! »

Gabriel est mortifié pendant une fraction de seconde mais éclate de rire.

Sur le journal du lendemain, un encart montre une photo de Gabriel hilare. En dessous de celle-ci, le titre indique, « Gabriel Powell : le visage d’un Sang-pur révolutionnaire ».

Bien-sûr, Gabriel ne trouve plus du travail, mais autant Aiden que lui-même ne s’en soucient pas.

La révolution a bel et bien débuté.



Joueur

Surnom: robo
Age: 22
Comment nous as-tu trouvé ? Top-site !
Des remarques à propos du forum ?  Cool



Dernière édition par Aiden Crowe le Sam 5 Mai - 10:17, édité 4 fois
avatar
Préfète de Wampus
Préfète de Wampus
Messages : 160
Activité/année : 11ème année

Fiche de présentation : Ici
Journal de bord : Ici
Hiboux : Contacter Livie

Profil magique
Spécialisation:
Quodpot: Quod Linermen
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aiden D. Crowe

le Mar 1 Mai - 9:35
Bienvenue sur Magic In North America Aiden ! Very Happy
J'ai hâte de lire l'histoire de ton personnage :3
Si tu as des questions n'hésite pas Very Happy



Je suis méchante, et ça c'est bien, je ne serais jamais gentille et ça c'est pas si mal, je ne veux être personnes d'autre que moi-même.

Crédit - Joy
avatar
Elève de Thunderbird
Elève de Thunderbird
Messages : 196
Activité/année : 9ème année

Fiche de présentation : Fiche
Journal de bord : Liens
Hiboux : Courriers

Profil magique
Spécialisation: Magie offensive et défensive
Quodpot: Capitaine et linermen
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aiden D. Crowe

le Mar 1 Mai - 19:49
J'aime tellement cet avatar !! *est archi fan de Law* Et ce caractère lui va tellement bien ^^

En tout cas bienvenue parmi nous !!! Bon courage pour la fin de ta fiche !! (moi aussi j'ai envie de connaitre ton histoire !!)


Spoiler:

avatar
Auror
Auror
Messages : 40
Activité/année : Auror

Fiche de présentation : Ne lis pas
Journal de bord : Je peux être cool. Mais pas avec vous.
Collections : Recherche carte de Dumbledore
Hiboux : Courrier professionnel uniquement.
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aiden D. Crowe

le Jeu 3 Mai - 3:52
Huhuhu je veux un lien avec toi Twisted Evil Twisted Evil
Et un RP !
Et... Et c'est déjà pas mal ^^

P.s. Puckwudgie rules the world !


Appelez moi Jane Anwar. Ou madame.
avatar
Messages : 4
Fiche de présentation : www
Journal de bord : www
Collections : www
Hiboux : www
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aiden D. Crowe

le Jeu 3 Mai - 16:59
Héhé merci à vous tous ! Et ce sera avec plaisir Asma ! Very Happy

L'histoire est bientôt prête, ça demandera juste un peu de temps à cause des examens (je sais, je me suis inscrit au mauvais moment mais j'étais tellement enthousiaste et inspiré que... Oops.)
avatar
Psychomage de la clinique Isolt
Psychomage de la clinique Isolt
Messages : 20
Fiche de présentation : www
Journal de bord : www
Collections : www
Hiboux : www

Profil magique
Spécialisation: Psychomage
Quodpot: Biker.
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aiden D. Crowe

le Jeu 3 Mai - 22:47
Bienvenue Aiden ! (je plussoie totalement le prénom *-*)

Ne t'en fait pas, prend le temps qu'il te faudra pour terminer ta fiche, et bien évidemment les étude et l'IRL avant le RP ! Nous n'avons pas de date limite pour la rédaction de la fiche, donc ne t'inquiète pas Smile

Hâte de voir son histoire en tout cas ! Sois prêt à recevoir une pluie de demande de lien je pense x)


bleh
avatar
Messages : 4
Fiche de présentation : www
Journal de bord : www
Collections : www
Hiboux : www
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aiden D. Crowe

le Sam 5 Mai - 10:21
Et l'histoire est postée !

J'espère que ça passe ! Prenez votre temps pour valider, je sais que c'est un peu long (à peu près 5400 mots). J'ai peut-être fait quelques fautes aussi (même si j'ai relu plusieurs fois), désolé d'avance pour ça. Cool
avatar
Directeur
Directeur
Messages : 260
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mina.forumactif.com

Re: Aiden D. Crowe

le Dim 6 Mai - 14:28
Hello Aiden Very Happy
Désolée du temps qu'on a mis à te répondre :p
Donc voilà, je ne vais pas te valider toute suite j'ai quelques petites choses à te demander de changer. Rien de bien grave.

Ton personnage est super cool et bien encré dans le contexte du forum :3 c'est justement pour ça qu'il va falloir changer quelques petites choses qui n'auraient pas pu avoir lieu \o/

L'arrestation de Gabriel en est un exemple. C'est un membre du MLS, pas un partisan d'Andrea Smith, le MLS est un parti politique qui veut changer les choses légalement, via le congrès tandis que les partisans de Smith veulent forcer les choses en compromettant le secret magique. De ce fait, il n'y a aucune raison que Gabriel ait été arrêté, il a surement ses idées mais n'est aucunement lié à Andréa (et ce serait une arrestation politique donc ça ne peut vraiment pas avoir eu lieu). A vrai dire, les partisans de Smith trouvent le MLS trop modéré, ils pensent qu'ils n'agissent pas assez. Il y a très peu de chance que le MACUSA n'arrête Gabriel pour ses idées sauf s'il fait de la magie devant des non-majs. Leur politique est serte extrême dans leur manière de faire et intransigeante sur la question des non-majs, mais tout ça a été voté par une écrasante majorité au congrès. S'ils se mettaient à arrêter tous ceux qui militent pour une abrogation de la loi rappaport on tomberait dans une dictature, et ce n'est pas le cas. La loi est serte injuste, mais provient hélas d'un système démocratique approuvé par les deux tiers de la population. Il y a souvent des pétitions, militants, mais jamais ils ne sont arrêtés sauf s'ils compromettent le secret magique comme Andrea Smith.

Après deuxième petite chose concernant le métier d'Aiden. On a discuté pour savoir dans quel groupe on le placerait x) On pense qu'un restaurateur d'art devrait être placé dans le groupe "autre" même s'il travaille à Ilvermorny. Aiden aura surement été engagé comme intervenant extérieur et si on parle de bureaucratie pure ne comptera pas comme un employé de l'école, mais plus comme un artisans à qui on fera appel dès qu'il faudra restaurer une oeuvre. Ce qui serait plus logique c'est qu'Aiden soit établis à Amarok's wood (à deux pas de l'école), qu'il ait un atelier à Amarok's wood (pour les particuliers) et un atelier à l'école pour les cas où il doit restaurer des oeuvres d'Ilvermorny.
Dans tous les cas, ton personnage ne peut pas vivre dans Ilvermorny vu qu'il n'est pas membre du corps enseignant ni employé type homme d'entretient. Le fait qu'il soit à Amarok's Wood et Ilvermorny éviterait également que ton personnage soit trop fermé à l'extérieur qui est un peu plus actif qu'Ilvermorny en ce moment.

Dis moi ce que tu en penses :p

Agilbert
avatar
Messages : 4
Fiche de présentation : www
Journal de bord : www
Collections : www
Hiboux : www
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aiden D. Crowe

le Dim 6 Mai - 14:48
Pas de soucis ! ;D

D'acc pour Gabe, je change ça dès que j'ai le temps ! Est-ce qu'il est possible qu'il soit un partisant d'Andréa mais que publiquement il se joint au MLS, et qu'il y avait des soupçons (fondés) qui planaient sur lui, avant que sa famille ne débarque pour dire "Y'a rien à voir, ouste", et en même temps pour essayer de le "raisonner" (a.k.a lui rappeler sa "place" de sang-pur) ?

Et parfait pour l'habitat, il y a aucun soucis là dessus ! Du coup j'attends ta réponse et je modifie tout ça. Very Happy
avatar
Directeur
Directeur
Messages : 260
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mina.forumactif.com

Re: Aiden D. Crowe

le Dim 6 Mai - 14:59
Mais il peut parfaitement être un partisan d'Andrea Smith Wink Et qu'il soit arrêté à causes de ces suspicions pas à cause du fait qu'il soit au MLS. Et il est fort possible qu'après ça le MLS l'ait désavoué pour ne pas être rattaché aux partisans qui font vraiment figure d’extrémiste.
avatar
Préfète de Wampus
Préfète de Wampus
Messages : 160
Activité/année : 11ème année

Fiche de présentation : Ici
Journal de bord : Ici
Hiboux : Contacter Livie

Profil magique
Spécialisation:
Quodpot: Quod Linermen
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aiden D. Crowe

le Dim 20 Mai - 20:47
Coucou Aiden,
je viens aux nouvelles pour savoir où tu en es avec ta fiche ? Very Happy C'est la saison des exams et des mémoires tu es peut-être pas mal occupé, je voulais donc savoir si tu avais terminé mais que l'on s'en était pas rendu compte ? (si c'est le cas désolée D:)



Je suis méchante, et ça c'est bien, je ne serais jamais gentille et ça c'est pas si mal, je ne veux être personnes d'autre que moi-même.

Crédit - Joy
avatar
Psychomage de la clinique Isolt
Psychomage de la clinique Isolt
Messages : 20
Fiche de présentation : www
Journal de bord : www
Collections : www
Hiboux : www

Profil magique
Spécialisation: Psychomage
Quodpot: Biker.
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aiden D. Crowe

le Lun 18 Juin - 21:02
Bonjour Aiden !

Je passe dans le coin pour te demander où tu en es !
Sache que si tu as des soucis, des contraintes de temps, il faudrait nous prévenir au moins, même rapidement sur ta fiche, pour éviter que tu deviennes un fantôme. Même si jamais tu n'as plus envie de rester sur le forum, dis le nous, ça nous fera mal au coeur, mais on comprendra ! Nous ne sommes pas des robots
Smile

A bientôt j'espère !


bleh
Contenu sponsorisé

Re: Aiden D. Crowe

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum